Un homme obsédé par les trains finit par en voler un et le crash aussitôt, tuant plusieurs personnes…

Lors du procès, l’homme est reconnu coupable de plusieurs meurtres et condamné à mort.

Avant de faire face à sa peine, il se voit offrir un dernier repas, et demande une seule banane, qui lui est donnée. Le lendemain, il est conduit à la chaise électrique. Ils l’attachent, tirent sur l’interrupteur et… rien ne se passe.

Il n’y a jamais eu d’échec auparavant. Mais parce que vous ne pouvez pas punir une personne deux fois pour le même crime, le tribunal est obligé de le laisser en liberté.

Une semaine après, naturellement, l’homme, obsédé par les trains, va en voler un autre. Il se fiche qu’il ne puisse pas la conduire ou qu’il ait échoué de manière catastrophique auparavant ; il est obsédé par les trains et son seul désir est d’en conduire un. Comme auparavant, il le crash et tue plusieurs personnes. Encore une fois, il est jugé, et encore une fois, il est condamné à mort, ne montrant aucun remords, seulement le plaisir d’avoir pu faire fonctionner le train.

Sa dernière demande de repas est une seule banane.

Lorsqu’il se dirige vers la chaise, le bourreau tire sur l’interrupteur, mais rien ne se passe. Il redevient libre.

Le maniaque obsédé par les trains, une fois de plus en liberté, ne perd pas de temps à détourner un train et à le crasher une nouvelle fois.

Son procès est rapide, car cela s’est déjà produit deux fois, et il est condamné à mort. Ils lui demandent ce qu’il aimerait pour son dernier repas.

« Une seule banane », dit-il.

« Surement pas ! Nous avons compris ton manège maintenant. Nous savons tout sur ton petit tour à la banane, et tu ne t’échapperas pas cette fois ! » Les gardes refusent sa demande et lui servent à la place un dernier repas standard composé de steak et de pommes de terre.

Le lendemain matin, ils l’attachent à la chaise électrique, tirent sur l’interrupteur et… rien ne se passe.

« Tu lui as donné la banane ? demande le chef de garde.

« Non, monsieur ! Il a demandé la banane mais nous ne la lui avons pas donnée, nous le jurons ! dit l’un des gardes.

Il s’avère que la banane n’avait rien à voir avec quoi que ce soit. C’était juste un très mauvais conducteur.

(conducteur de train et conducteur électrique)

Vote DownVote Up
Score : +3
Loading...